Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

Bienvenue chez CENTURY 21 ABI, Agence immobilière POITIERS 86000

L'actualité de CENTURY 21 ABI

CENTURY 21 vous informe sur l'origine des maisons années 1930 à POITIERS

Publiée le 29/08/2014

Qui ne rêve pas de devenir propriétaire d’une maison années 30, chargée d’histoire, pleine de charme, offrant un cachet incontestable et placée à proximité de toutes les commodités …

A POITIERS, il est possible de réaliser ce projet !

  

Un peu d’histoire

Bien avant les années 30, aux alentours du XIXème et XXème siècle, POITIERS (notamment dans le Faubourg de la Tranchée) et sa Communauté d’Agglomération, voient apparaître dans leur environnement, quelques villas dites « de villégiatures » construites par la bourgeoisie, dans un style semblable à celles réalisées dans les villes balnéaires.

Ainsi, durant l’entre-deux guerres, les notables font édifier ou modifier leur maison d’exception en imitant ce courant d’architecture.

Dès les années 20, avec la loi Loucheur de 1928, les classes populaires peuvent elles aussi posséder une demeure dans le style de ce nouveau genre architectural, incités par des financements attribués par l’état pour les habitations bon marché. La structure est simplifiée, mais les éléments de bases sont existants. Dès lors, les faubourgs des villes sont pris d’assaut et la mode se repend dans les nouveaux quartiers.

Au sud de POITIERS, l’ancienne Avenue de BORDEAUX (actuellement Avenue de la Libération et avenue du 8 mai 1945) et les rues adjacentes, tout comme les quartiers de Chilvert, des Prés Mignons, la Madeleine, Bellejouanne et l’Ermitage à SAINT-BENOIT sont des exemples typiques de cette époque.

 

 

Un style singulier aux accents variés

 

Si chacun sait reconnaitre le style de ces villas entre mille, il existe pourtant de nombreuses déclinaisons dans la construction.

 

En effet, l’habitat de villégiature, se caractérisait à l’origine par une façade très travaillée :

-        décrochement des volumes avec une alternance d’avancées et de retraits,

-        dissymétrie des pans de toiture,

-        éléments décoratifs abondants, multiplicité des matériaux, variété de couleur …

 

Face à la complexité de ces réalisations et à l’évolution de la mode, le style architecturale connaît des mutations.

 

Ainsi, si au début du XIXème siècle, on peut admirer d’impressionnantes demeures de type « castel », dotées de tour, de pierres de taille, de lucarnes et autres décors inspirés des châteaux, il en est déjà autrement à partir de 1850, lorsque naît le type « cottage » qui se caractérise par sa hauteur, ses plans facilitant l’aménagement intérieur, et par les matériaux utilisés tels que la brique typique de cette période d’industrialisation.

 

Aussi, l’expansion du style, dû à l’accès à la construction pour les catégories moins aisées limitées par leur budget, a finalement eut raison des artifices extravagants pour ne conserver que l’essentiel.

 

C’est pourquoi, le type le plus courant est le « chalet », diffusé dans toute l’agglomération de POITIERS en majeur partie dans les années 1930. Il présente une forme généralement cubique, coiffée d’un toit à deux pans débordant sur la façade, des sous-pentes en bois et comporte deux versants en pointe, égaux qui dévoilent une façade sur le mur pignon,

Il s’agit de ravissantes maisons ornées tantôt d’encadrements et de bandeaux en pierre, tantôt de colombages, suivant si l’inspiration est basque, normande ou montagnarde … ou encore parée de marquise, d’oculus, de fermes de charpente apparentes, de lambrequins et d’épi ou de crêtes de faîtage typiques des années 30.

 

On peut toutefois observer des similitudes pour chacune de ces maisons. Elles sont individuelles, bâties en retrait de la route et disposent de grand terrain qui entoure la maison. Elles sont, le plus couramment, organisées en quatre niveaux :

-        un sous-sol en soubassement dédié aux parties domestiques (cave, buanderie, chaufferie, réserve …),

-        le rez-de-chaussée ou sont installées les pièces de réception (vestibule d’entrée amenant sur un escalier, salon, salle à manger, et cuisine),

-        l’étage distribue les pièces à usage privé telles que les chambres, la pièce d’eau,

-        les combles qui étaient réservés aux chambres de bonnes, d’amis et les rangements.

 

CENTURY 21, qui s'y connaît aussi bien ?

Notre actualité